La troupe
Les filles de la "clique" (cliquer pour agrandir)
Chantal Husson - Joan Marichy - Corinne Marienneau - Frankie Marichy - Marie Jo Levadoux




René Garber
René Garber dans "Magma"

Ancien Centre Americain
l'ancien American Center
261 Bd Raspail 75014 Paris"




Un nouveau monde

Le 5 Janvier 1977, je fis donc mon entrée dans cette troupe. Il y avait 4 mecs: Christian Prudent, Roger Bergerin, René Garber et moi, et 5 filles : Frankie Marichy, Joan Marichy, Chantal Husson, Marie-Jo Levadoux, et Corine Marienneau.
Mais alors que le rocker (moi) rentrait dans le monde de la comédie musicale, la danseuse-bassiste Corine Marienneau (site de Corine) nous quittait pour aller rejoindre un "petit" groupe de Rock : Téléphone. Et me voilà acolyté avec cet allumé de René Garber. On ne se quittait plus, on étaient devenus très amis. Il me racontait son aventure avec Magma, il m'emmena un jour chez Christian Vander, le batteur de Magma. Je me rappelle avoir été très impressioné. Il s'entrainait avec des grosses baguettes de tambour plombées, et était capable de faire un roulement de caisse claire avec une seule main. A cette époque, il cherchait un 2ème bassiste correspondant à un personnage bien défini et sachant jouer un truc de "fou", sur un rythme de "fou", genre 7/4. René voulait absolument que je vienne à l'audition, car il pensait que j'étais capable de jouer ça, que je correspondais au personnage recherché, et qu'en plus j'étais son pote. Arrivé sur les lieux de l'audition, j'ai halluciné. Il y avait d'un côté, Christian Vander impressionnant derrière sa batterie, et en face, une immense file d'attente de candidats venus des quatre coins de la France, qui venaient s'exécuter un par un. Quand je pense qu'ils étaient tous des grosses pointures, et que moi il me suffisait de dire oui, pour que Christian Vander arrête l'audition et que je rentre dans Magma. Quand j'ai réalisé ça, j'ai eu peur, j'ai refusé, préférant rejoindre mes potes qui venaient de m'engager dans leur troupe. Et puis franchement je préférais de loin le "côté Gershwin" de Christian Prudent, que le "côté Stravinsky ou Wagner" de Christian Vander et René Garber.


Petit passage dans le néant

Au départ, mon travail consistait à composer la musique avec René Garber, et ensuite de rejoindre la troupe qui, elle, s'entraînait du matin jusqu'au soir au "Centre Americain" Boulevard Raspail (qui n'existe plus de nos jours). Le Centre Américain, à cette époque, c'était un lieu magique. Pour un artiste, c'était le paradis : danse africaine, danse orientale, danse moderne, groupes de jazz, concerts de rock, théâtre, ça tapait les percussions africaines dans tous les coins. Même si tu ne prenais pas de cours, tu trouvais toujours un endroit libre pour venir y travailler ta discipline.
René, mis à part son génie musical, était un personnage hors du commun. Il avait une grande conscience et essayait plus ou moins de trouver une vérité dans des ouvrages ésotériques. C'est lui qui avait inventé le langage "Kobaïen" dans Magma, il était "l'éminence grise" de Christian Vander et l'esprit de Magma (Article sur Magama écrit par Antoine de Caunes en 1978). Il voulu m'initier à toutes ces sciences occultes telles que : l'ésotérisme, l'alchimie. Il m'emmena visiter la cathédrale de Chartres pour m'y expliquer "le secret des cathédrales". L'erreur qu'il fit avec moi, c'était de me mettre dans les mains tout un tas de bouquins censés m'apporter la connaissance et la vérité du monde, et qui parlaient de se préparer pour le point Omega qui aurait lieu en ...l'an 2000, c'est-à-dire l'Apocalypse. Quelle charmante perspective! Mais au fur et à mesure de mes lectures, je m'aperçu que je plongeais dans un monde de plus en plus obscur, austère, angoissant, avec des gens qui me mettaient le doute et qui cherchaient à m'éloigner de mes proches que j'aimais avec un grand "A". Je n'avais pas envie de "mordre à la pomme de la connaissance", je n'avais pas à chercher de vérité puisque j'avais trouvé depuis longtemps. Pour moi c'est simple : c'est en mettant la main dans le feu que l'on sait comment qu'ça fait quand on se brûle, c'est pas dans les livres!
Albert Einstein a dit : "L'information n'est pas une connaissance. La seule source de connaissance est l'expérience."
Je ne sais toujours pas ce que je dois faire, mais je sais ce que je ne dois plus faire. Ma vérité préférée à moi c'est : « Si c'est rond, c'est pas carré! » Ça c'est implacable! En tous cas, moi ça me suffit comme niveau intellectuel, et contrairement aux scientifiques, je ne cherche pas d'où viens la lumière, je me contente de voir ce qu'elle m'apporte! Que des cadeaux! Cadeaux empoisonnés parfois, mais c'est pas grave!
Heureusement, j'ai stoppé mon initiation juste à temps, aidé par mes amis de la troupe qui eux, oeuvraient déjà dans la lumière. Je ne pensais qu'à une chose : retrouver la joie que j'éprouvais quand j'étais en compagnie de la troupe. D'ailleurs pour René c'était pareil, il se sentait bien parmi nous. C'est simple, nous étions mort de rire du matin au soir.